Ce blog présente quotidiennement

un premier choix non définitif d'images pour les séries en cours.

Il vient en complément du site www.yannickvallet.com qui, lui,

présente un panorama complet de mon travail.


11 février 2014

Le Sanatorium #2

La résistance s'organise.

Alors que Le Sana, comme on l'appelle désormais ici, est immédiatement réquisitionné par la Wehrmacht, Jean Bastide décide de vider entièrement les lieux. Ce sera fait quelques semaines plus tard, au nez et à la barbe des allemands : « Cette évacuation fut un acte extraordinaire de Résistance, très peu connu, difficilement imaginable, aux péripéties multiples et bien caractéristiques de cette prodigieuse époque. […] il fallait pendant plus d'un mois entretenir auprès de la Kommandantur la confusion entre le transport imposé des malades et celui interdit du matériel. »1

Ruines, Sanatorium du Grau-du-Roi, 2012
Photo © Yannick Vallet

Grâce à ses amis de la résistance cévenole et du Maquis de Lasalle, le Docteur Bastide fait ainsi déménager la totalité du matériel médical dans des caches, au cœur des Cévennes. Les malades, quant à eux, sont transférés à l'hôpital de La Mure. « Sept wagons de chemin de fer, le va et vient quotidien d'un gros camion gazogène entre le Grau-du-Roi et Anduze (trente-cinq voyages), ont permis le camouflage de la quasi-totalité du mobilier et du matériel, y compris la literie et la lingerie. […] Nous n'avons jamais très bien compris que le commandant local soit resté sans réaction en trouvant la maison vide. Il est vrai que l'activité militaire en campagne comporte une part d'incohérence et d'indifférence. »1

Planté au milieu de cette étendue dévastée, vaste surface de sable sale et d'herbe rase, j'essaie de comprendre ce qui a pu se jouer ici depuis quelques années.
Une question tourne sans cesse dans ma tête. Comment se fait-il que ce bâtiment n'ait jamais été protégé au titre des monuments historiques ? D'après certains, il semblerait qu'un dossier administratif ait été proposé pour sa protection à la fin des années 1990, mais celle-ci aurait été refusée. Étrange …

Sur le parking, Sanatorium du Grau-du-Roi, 2012
Photo © Yannick Vallet

Retour aux années d'occupation.
Pendant l'été 1943, l'Armée Secrète dont fait partie le Dr Bastide décide « une opération visant à repêcher des armes immergés en novembre 1942 dans les marais de Palavas par les soldats de De Lattre de Tassigny2. »1 Lors de deux opérations à haut risque, les hommes récupèrent ainsi un véritable arsenal puis le cachent au cœur même du Sanatorium. Mais alors que la résistance subit depuis plusieurs mois les coups des Allemands, en avril 1944 Christian Cayet, un des internes qui travaille avec le Docteur et œuvre dans la résistance (il est chargé du ravitaillement et des liaisons du maquis), sera arrêté à Toulouse, puis déporté en Allemagne, dans un camp à Hanovre. Très malade, il mourra peu après son retour en France.
En 1955, l'annexe pédiatrique nouvellement construite portera son nom, ce sera le "Pavillon Christian Cayet", « réservé aux enfants souffrant de malformations osseuses, il est le point de départ d'un vaste projet de centre de réhabilitation en milieu marin. Il s'agit là aussi d'une structure tournée vers la mer, mais en amphithéâtre, avec salles de soins centralisées et dortoir en périphérie, préfigurant les futurs centres de rééducation. »3

Pavillon Christian Cayet, Sanatorium du Grau-du-Roi, 2012
Photo © Yannick Vallet

Sauf qu'aujourd'hui, il ne reste de ce beau projet que des chambres vides avec vue sur mer, des murs joliment graffés et une piscine à l'abandon.
Que s'est-il donc passé en une cinquantaine d'années pour qu'un programme si ambitieux soit réduit à néant. Pire, soit totalement abandonné puis détruit, voire rasé ?
Je décide de chercher du côté du Ministère de la Culture, section Architecture et Patrimoine. Car enfin, si une demande de protection auprès des monuments historiques a été déposée j'en retrouverais forcément la trace. Une autre piste à explorer certainement, celle des équipes municipales qui se sont succédé depuis toutes ces années ...

Piscine extérieure, Pavillon Christian Cayet,
Sanatorium du Grau-du-Roi, 2012 - Photo © Yannick Vallet


Demain : une zone d'activité concertée, une protection déposée et une impresssion mitigée.


1. Extrait de "Profession de foi d'un enfant du siècle" du Dr Jean Bastide (Editions La Mirandole)
2. De Lattre de Tassigny est le seul général qui, avec ses troupes en novembre 1942, s'est opposé à l'armée allemande envahissant la zone libre et ce, contre les ordres du gouvernement de Vichy. Il sera arrêté et condamné à dix ans de prison, mais s'évadera en septembre 1943 pour rejoindre De Gaulle.
3. Ainsi s'exprime en 2007, la SOFMER (Société Française de Médecine Physique et de Réadaptation) dans un mémoire sur la MPR (Médecine Physique et de Réadaptation).