Ce blog présente quotidiennement

un premier choix non définitif d'images pour les séries en cours.

Il vient en complément du site www.yannickvallet.com qui, lui,

présente un panorama complet de mon travail.


13 février 2014

Le Sanatorium #4

Un symbole disparu.

À deux pas de la mer, allées effacées et parkings mangés par les herbes folles redessinent aujourd'hui le plan du Sana. À l'autre bout du terrain, se dresse la majestueuse cheminée de la chaufferie, étonnante sentinelle scrutant le site de son œil de vigie.
Au hasard de mes pas, je croise des tonnes de gravats, contourne des bâtiments abandonnés et tente même une tête à l'intérieur d'une annexe aux allures de bunker. Mais rien. Pas une âme. Pas même un fantôme. Ici la vie, première et unique raison d'être de cet immense site, semble s'être dissoute dans l'air ambiant.
Et puis dans un coin, en bordure de mer mais caché à la vue des estivants par une dune de sable, je découvre un véritable champ de ruines. Un énorme amoncellement de décombres. Comme les restes fracassés d'une guerre inégale.
L'équipe municipale du Grau-du-Roi, emmenée par M. Etienne Mourrut, n'est pas étrangère à tout ça. Ce n'est d'ailleurs un secret pour personne, le maire a su pendant de longues années porter à bout de bras, et en collaboration avec le CHU de Nîmes, le projet du nouvel hôpital ultramoderne. Mais construire un établissement n'oblige pas à en détruire un autre … même si durant plus de vingt ans, l'équipe municipale à su entretenir la confusion entre construction d'un nouvel hôpital et destruction de l'ancien.
Comme si le succès de l'un était lié au devenir de l'autre.

Cheminée de la chaufferie, Sanatorium du Grau-du-Roi, 2012
Photo © Yannick Vallet

Après guerre, le Dr Jean Bastide, toujours aux commandes du Sanatorium, est un des politiques les plus en vue de la région, jusqu'en mars 1965, date à laquelle il deviendra le maire du Grau-du-Roi. Au sein de la toute nouvelle équipe municipal qui vient de s'installer à l'hôtel de ville, prend place un jeune militant de vingt-cinq ans, Etienne Mourrut. Problème, celui-ci se trouve être en désaccord total avec le maire. À peine arrivé, il quittera donc l'équipe municipale, espérant bien un jour revenir par la grande porte ...
Farouche adversaire du Docteur Bastide à chaque élection, c'est finalement en 1983, après dix-huit ans de combat acharné, qu'Etienne Mourrut l'emportera. Maire du Grau-du-Roi depuis maintenant plus de trente ans, il achèvera son cinquième mandat en mars 2014.

La chaufferie, Sanatorium du Grau-du-Roi, 2012
Photo © Yannick Vallet

Étonnant comme la vie politique d'Etienne Mourrut semble être, depuis ses débuts, étroitement liée à celle du Docteur Bastide. Et impossible de ne pas penser que ce jour de 1965, jour fatidique où il fut évincé de l'équipe du nouveau maire, avait peut-être été l'événement fondateur de toute sa carrière, scellant par la même occasion le sort du Sanatorium, impudent symbole de la réussite sociale et de la notoriété politique de son rival.
Nul ne saura jamais. Et peut-être même la vérité est-elle ailleurs. Mais une chose est sûre, le sanatorium n'est plus et il n'est plus possible de revenir en arrière. Un pan de l'histoire a disparu, seuls quelques récits et quelques images resteront …

Murs, Sanatorium du Grau-du-Roi, 2012
Photo © Yannick Vallet

Les bâtiments originels étaient vraiment très beaux. Je n'aurais pas eu la chance de les voir avant leur démolition, mais heureusement il reste quelques photos et quelques cartes postales d'époque, suffisamment éloquentes …

Sanatorium du Grau-du-Roi, 1940


FIN

Demain : les bonus. Avec des photos d'époque, des actualités, des plans …